Porteur d’un message de paix et de solidarité
Par Marcel lutete

Finie la longue attente. L’armée, la police et les services de sécurité, en l’occurrence l’Agence nationale de renseignements, ont enfin été restructurés en même temps que des nominations ont été opérées aux différents échelons de commandement. Côté Police nationale congolaise, la promotion de l’Inspecteur principal Chalwe Ngwashi Raüs au grade d’Inspecteur divisionnaire adjoint (général de brigade) est bien accueillie par bon nombre de Congolais et d’étrangers qui vivent en RDCongo.


Dix années passées à la tête de

la DGRS

(Direction des Renseignements généraux et Services spéciaux), cet officier a fait un travail de haute facture. Lorsqu’en 1997, le régime de Mobutu cède brutalement la place au nouvel ordre afdélien, la police qui avait disparu depuis 1972, renaît. Raüs est désigné à

la Direction

des renseignements et services spéciaux. Le personnel formé n’existe pas. Il faut donc faire avec ce que l’on a sous la main. Au départ, plusieurs abus bien sûr, mais à mettre au compte de l’inexpérience. Au fil des mois, l’efficacité s’installe. De nombreux cadres et agents ont bénéficié d’une formation de qualité au pays et à l’étranger.


« Sicotra », le premier siège de

la DGRS

sur la rive du fleuve Congo, devient dès lors fréquentable. Après, il est transféré dans le bâtiment Kin Mazière, au centre ville.

La DGRS

devient ainsi le rempart des victimes de nombreuses violations qui sont décriées dans la capitale et dans les provinces où elle est représentée. Les actions de cette Direction dans la sécurisation de la population et de ses biens ont donc fini par convaincre. Grâce au colonel Raüs.


Homme jovial, son bureau et sa maison accueillent du beau monde chaque jour. Après avoir servi le pays avec abnégation, loyauté et efficacité à

la DGRS

, voilà que Chalwe Ngwashi Raüs qui vient d’être promu au grade d’Inspecteur divisionnaire adjoint (général de brigade), est sur le point de quitter Kinshasa pour la province voisine du Bas-Congo.


Les analystes avertis considèrent cette décision du Chef de l’Etat comme judicieuse, étant donné la nature même de la province du Bas-Congo. L’affectation du général Raüs est, pour les mêmes analystes, une façon pour le président de

la République

de rassurer la population du Bas-Congo.

Homme de principe, d’action et de paix, le général Raüs va, sans nul doute, apporter sa contribution au renforcement de la paix et de la concorde dans cette province, tout comme il va s’impliquer, certainement avec davantage d’efficacité, dans la lutte contre l’insécurité, la fraude et bien d’autres maux qui constituent un frein au développement d’une province qui est appelée à jouer un important rôle dans l’essor économique et social de

la République

démocratique du Congo et dans la consolidation de la paix.


Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Potentiel 2005