wadeWade boude le NEPAD qu’il a pourtant initié
Le Révélateur | Economie|
Mardi 19 juin 2007

J’ai décidé de ne plus perdre mon temps à des réunions où finalement on ne fait rien.’’ Cette déclaration du président sénégalais Abdoulaye Wade, dans une interview accordée le 12 juin à la chaîne ouest-africaine Africable, étonnerait si elle était faite au tout début du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), ce forum plein d’espoir mais que nombre d’observateur considèrent aujourd’hui comme ‘‘un mammouth’’.

‘‘Il y a des centaines de millions de dollars qu’on dépense dans des voyages et des hôtels. Il n’y a pas une seule classe d’école réalisée. Il n’y a pas un seul dispensaire réalisé. Le Nepad n’a pas fait ce pour quoi il a été créé’’, justifie-t-il son refus de cautionner une entreprise budgétivore. ‘‘C’est très agréable de nous retrouver entre nous, mais cela ne fait pas avancer les choses.’’

Initié en 2001 sur la fusion entre le plan Omega de Wade et le Programme de renaissance de l’Afrique pour le nouveau millénaire de Thabo Mbéki en collaboration avec les présidents algérien Bouteflika et nigérian Olusegun Obasanjo, dans le but de renforcer la bonne gouvernance et initier de grands projets d’infrastructures en donnant un coup d’accélérateur au développement en Afrique, Wade s’est senti doublé comme le sentait Houphouet avec la création de la Ligue des Etats négro-africain (LENA) dont Mobutu assurait la promotion, disent les commentateurs. Houphouet l’aurait tout simplement combattu.

Ces déclarations de Wade confirment le constat d’échec relevé à Alger en début d’année où nombre d’experts disaient que le Nepad était maintenu en coma artificiel.

© Ali Kam