Nkunda_2L'ONU juge "préoccupante" la situation dans le Kivu
© Le Monde 20/06/2007

Une délégation du Conseil de sécurité de l'ONU en visite de 24 heures à Kinshasa a jugé mercredi "préoccupante" la situation sécuritaire dans l'est de

la République

démocratique du Congo (RDC), à l'issue d'un entretien avec le président Joseph Kabila.
La délégation des ambassadeurs du Conseil de sécurité est arrivée mardi soir à Kinshasa pour "discuter" avec les autorités congolaises notamment des problèmes liés à la sécurité dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, à la gouvernance ainsi qu'aux questions liées aux droits de l'homme.

"Nous avons fait un large tour d'horizon de ces problèmes avec le président Kabila. On a examiné pratiquement tous les problèmes: le programme du gouvernement, la situation dans le Kivu, la réforme dans le secteur de sécurité, nous avons également parlé des droits de l'homme", a déclaré à la presse l'ambassadeur de France à l'ONU, Jean-Marc de

La Sablière

, qui conduit la délégation.

"Dans le Kivu, la situation est très préoccupante. C'est un sujet de très grande inquiétude pour le président lui-même. C'est sa préoccupation majeure actuelle et pour nous aussi", a-t-il poursuivi.

La situation est très tendue au Nord-Kivu depuis le déploiement entre janvier et mars de nouvelles brigades dites "mixées", constituées pour moitié d'ex-soldats insurgés fidèles au général déchu tutsi congolais Laurent Nkunda.

Au Nord comme au Sud-Kivu, la violence contre les civils, victimes de groupes armés étrangers ou de militaires, a augmenté ces derniers mois.

Selon l'ONU, plus de 100.000 personnes ont été jetées sur les routes, à la suite de combats entre l'armée et des rebelles, ou du fait de violences perpétrées par des militaires, qui accusent les civils de complicité avec les rebelles.

La Mission de l'ONU en RDC (Monuc) qui a déployé le gros de ses troupes dans le Kivu "vient en appui de ce que peut faire le gouvernement", a souligné le diplomate français.

"Nous pensons qu'il faut une stratégie globale pour le Kivu et nous sommes prêt à aider les autorités congolaises. Il faut une stratégie qui comporte toutes les dimensions, politiques, diplomatiques. Nous sommes prêt à aider le président dans cette affaire", a insisté M. de

La Sablière.

Il s'est par ailleurs félicité de l'évolution "remarquable" de la situation sécuritaire en Ituri, dans le nord-est de

la RDC

, où depuis 2005, le processus national de démobilisation appuyé par la communauté internationale a permis le désarmement de plus de 20.000 miliciens.

Le diplomate français a en outre adressé ses félicitations aux dirigeants congolais pour "l'effort remarquable" dans la "réussite" des premières élections démocratiques en plus de 40 ans dans l'ex-Zaïre, organisées en 2006, après une délicate transition qui a mis fin à une guerre régionale de près de cinq ans (1998-2003).

Il s'est également réjoui "de l'amélioration ces dernières semaines", selon lui, des rapports entre le pouvoir et l'opposition avant d'inviter chacun à "jouer pleinement son rôle" pour "faire avancer la démocratie".

La délégation a eu une séance de travail avec de membres du gouvernement et devrait rencontrer en milieu d'après-midi les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat ainsi que des représentants des groupes parlementaires.

© Copyright Le Monde