Tenke_miningMafia et corruption compromettent le projet Tenke Fungurume Mining
Mise en ligne le 4 juillet 2007 | le soft international n°912 daté 4 juillet.

Des employés, expatriés et congolais de TFM ainsi que des habitants de Fungurume, Malumbu et Tenke font savoir dans un mémo adressé à M. Atkerson, le président de Phelps Dodge, que le projet TFM sera un bon projet pour le pays. Que l’implication de sa grande société est d’un grand réconfort pour les R-dCongolais.

«Vous donnez l’exemple dans beaucoup de domaines et vous pouvez être assurés jusqu’à présent du soutien de la population».

«Les autorités vous font d’ailleurs régulièrement part de leur aide et soutien», le rassure-t-on.

Cependant, on se demande si le processus de révision des contrats miniers ne va pas contrarier le projet en confirmant que le contrat octroyé par les autorités de la transition est un contrat léonin. En attendant, on voudrait bien savoir ce qui en a été sous Lundin à l’époque de Mobutu. Les prédécesseurs de M. Atkerson avaient-ils corrompu les autorités pour obtenir le contrat? Il est vrai que beaucoup de personnes sont mortes depuis lors et ont emporté le secret dans leur tombe: Mobutu Sese Seko, Umba Kyamitala et encore d’autres. Les responsables de Lundin pourraient-ils éclairer la lanterne de l’opinion à ce sujet par des déclarations spontanées sous serment ? Un haut cadre de TFM, Dirk Wolfowitz, a octroyé des avantages substantiels à son amie KW que les employés r-dcongolais ont surnommée l’antilope polonaise.

L’ombre de Michelle

Les employés se demandent où est la perfection que recherche M. Atkerson dans la mise en œuvre du projet avec de tels actes. Ils recommandent à cet effet que soit mis fin à les pratiques maffieuses du chef de projet qui consistent à écarter systématiquement les petites entreprises r-dcongolaises du marché.

«Vous employez trop d’entreprises sud-africaines, belges ou pseudo-congolaises qui ne paient pas d’impôts et maltraitent leurs travailleurs. En fin de compte c’est la réputation de Freeport qui sera ternie à jamais», déplore-t-on.

Le projet a pris 8 mois de retard à cause de M. John qui s’occupe exclusivement des 30 expatriés américains qui pourraient contracter la malaria. Pour le sida, il n’y a pas de problème. On ne prend que d’anciens militaires qui connaissent l’usage du préservatif. Mais on se rend compte qu’on va avoir besoin d’agrégats pour la construction que l’on fait venir d’Afrique du Sud. Cela coûte plus cher que de s’adresser à Trabeco. Et c’est

la Gécamines

qui paie la note.

On dénonce également le mauvais comportement de la secrétaire personnelle de l’A-dg, Mme Michelle, qui se conduit encore comme du temps de la colonie. «Elle arrive tous les jours après 9 heures et repart à 14 heures, pour aller soit chez le coiffeur, soit jouer au golf. Quand son patron américain est là, elle arrive plus tôt et va moins à

la Brioche. En

plus, elle crie tout le temps sur les chauffeurs et les employés congolais, pourtant plus qualifiés qu’elle, mais qui gagnent dix fois moins qu’elle. Mme Michelle fait payer toutes ses factures par la société», se plaint-on auprès de Atkerson. A qui on demande de mettre fin à ces injustices pour réussir dans le projet.

Cette réussite passe par l’octroi du travail à des entreprises sérieuses de Lubumbashi ou de Kinshasa. «Soignez la réputation et l’image de votre société en renonçant à la corruption qui a fait souffrir tant de Congolais. Nous ne sommes pas en Indonésie non plus.

Le nouveau Congo de Kabila et Gizenga mérite mieux que cela et ne veut pas de ces choses qui saliront son image et aussi la réputation de Phelps Dodge», concluent ces employés.

© ILUNGA KABENGELE.
lesoftonline.net 04/07/2007