faux_pasteurs Ces derniers temps en France, nous assistons à un phénomène bizarre qui se développe dans la communauté congolaise : la prolifération tous azimuts des sectes religieuses nébuleuses connues plus sous le vocable de « Groupes de prière » Le comble est que la quasi-totalité de ces sectes est dirigée par des « Charlatans» qui galvaudent la réputation des véritables « Pasteurs »

Exploitant la crédulité de leurs fidèles, ces faux « Pasteurs
» se permettent souvent d'organiser des veillées de prière soi-disant d'expiation, auxquelles sont conviés les Frères et Soeurs en Christ.

C'est pendant ces veillées que nos « Pasteurs » font des révélations surprenantes à l'endroit de certaines Soeurs en Christ de moeurs légères ; du type : « Nzambe apesi ngai vision, alobi ete yo ozali mwasi oyo mpenza atindelaki ngai. Mobali oyo ozali kovanda na ye akoki na yo te » (Dieu m'a donné une vision, tu es la femme qu'il m'a envoyée, ton mari n'étant pas l'homme qu'il te faut).

Naïve et déstabilisée par cette fausse révélation, la Soeur en Christ n'a pas d'autre choix que de céder aux avances de notre « Pasteur Kinsekwa ». En rentrant chez elle, c'est la dispute avec son mari légitime et quand ce dernier , irrité par la conduite de sa femme, porte la main sur elle, c'est le moment choisi par Madame pour quitter le foyer et aller squatter chez notre divin Pasteur. Celui-ci, qui profitant de la situation, n'hésite pas à engrosser la Soeur en Christ pour faire le Christ. En plus de ces abus sexuels, nos « Pasteurs » n'hésitent pas à truander leurs fidèles en leur exigeant des Mabonza, toujours au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, alors que celui-ci n'a rien demandé.

Quel mari pourra tolérer que sa femme puisse fréquenter ces Temples du Mal ?

Parmi les femmes congolaises mariées qui fréquentent régulièrement ces groupes de prière et leurs différentes veillées de prière, certaines profitent du laxisme de leurs maris pour se livrer à la débauche en allant passer la nuit avec ou chez leurs amants abusant ainsi de la confiance de leurs maris qu'elles traitent de « de vrais yuma ». « Vrais yuma, ils ne se donnent jamais la peine de vérifier si réellement madame est partie à la veillée de prière ou ailleurs.

Aujourd'hui en France, ces groupes de prière sont devenus des véritables Agences de divorces et de mariages bidon. Dans la quasi-totalité de couples où seule la femme fréquente ces groupes de prière, les disputes conjugales sont monnaie courante et les problèmes tournent toujours autour de « notre pasteur a révélé ceci ou cela. Soit notre maison est envoûtée ou que la famille du mari ne veut pas de notre mariage. Donc, il faut faire appel à notre « Pasteur » pour le désenvoûtement.... Et quand le mari refuse d'accueillir le Pasteur charlatan, à la maison il est alors taxé de « Ndoki ou sorcier et de complice avec sa famille ».

Ces « Pasteurs » qui prétendent être détenteurs des pouvoirs divins et qui trompent leurs fidèles avec des fausses prédications sont-ils conscients des dégâts qu'ils causent dans plusieurs foyers ?

Ce n'est pas en mémorisant quelques passages bibliques que l'on peut se faire passer pour un Pasteur ou « Papa mokambi » dans le but d'abuser sexuellement des femmes d'autrui... et de recueillir l'argent sous forme de « Mabonza ou offrande et collecte »qui ne sert pratiquement qu'au Pasteur et à sa famille.

Le temps est venu que les véritables représentants de Dieu se mobilisent pour mettre hors d'état de nuire ces brebis galeuses.

Le débat est ouvert ...

© Dr Tumba Tutu-De-Mukose
tumba@club-internet.fr