eugenediomindongalaParis, le 23 Juillet 2007

C’est avec beaucoup d’étonnement  que l’Alliance des patriotes pour la Refondation du Congo,  a appris comme de nombreux congolais l’assignation en Justice de Mr Diomi Ndongala pour « offense en la personne du chef de l’Etat ».

Ceci suite à des propos tenu lors de la campagne électorale , monsieur Ndongala s’étant présenté comme candidat à la présidence de la République Démocratique du Congo.

Il est reproché à celui-ci d’avoir dénoncé  les origines étrangères de Joseph Kabila et de plusieurs membres de la classe politique congolaise.

L’APARECO constate que le débat sur l’identité de Joseph Kabila que la communauté internationale a cherché en vain à écarter de la campagne électorale refait à nouveau surface et que les intimidations du chef de l’Etat à l’encontre des congolais à ce sujet ne changeront rien à leurs convictions.

L’APARECO s’étonne d’une telle démarche contre Monsieur Ndongala alors que de nombreuses personnes n’ont cessé  de rappeler les origines rwandaises de Joseph Kabila sans que celui-ci ne pipe mot préférant s’enfoncer dans un silence qui en dit suffisamment long aujourd’hui plutôt que de procéder au test ADN qui pourrait seul lever l’équivoque sur ses origines.

En effet Monsieur Honoré Ngbanda a révélé bien avant tout le monde dans le journal Jeune Afrique Economie n°323 du 15 janvier 2001 (page 14) la supercherie de l’identité de celui qui se fait appelé « Joseph Kabila . Madame Colette Braeckman l’a personnellement relayé quatre jours après dans sa parution du 19 janvier 2001 » lors de  son reportage, au retour des obsèques du Président  Laurent Désiré Kabila en affirmant que Joseph KABILA était  « le Fils adoptif de LD KABILA », et que sa mère était « une tutsie » !

Et le lendemain poursuivant son reportage elle a encore affirmé que « la nomination de Joseph KABILA a mécontenté de nombreux Congolais », car « le fils du président défunt est à moitié tutsi, ce qui n’améliore pas sa popularité à Kinshasa : de nombreux kinois détestent les Tutsis, assimilés aux Rwandais, agresseurs honnis du Congo ». […]

Le député belge Patrick de Cocriamont en mars 2006 lors d’échanges houleux sur internet avec plusieurs congolais a également affirmé les origines rwandaises de Joseph Kabila, reconnues par les services de renseignements  belges : « Maintenant tout est fait par les libéraux et les socialistes belges pour imposer à la tête de la RDCongo, monsieur Joseph Kabila à la faveur d’une parodie d’élections, cet individu est connu par nos services de renseignements comme étant un sujet d’origine Rwandais. » […]

C’est donc probablement sur cette même base que Monsieur Karel de Gucht a fait distribuer à la presse , lors de l’un de ses voyages ,des biographies de membres de l’espace présidentiel « congolais » sous la Transition qui informait clairement des origines étrangères des uns et des autres ( Président et Vice-présidents).

Enfin lorsque Madame Sifa Mahanya affirme dans le Journal le soir dans son interview accordé à Colette Braeckman que Joseph Kabila a fait son service militaire en Tanzanie , cela prouve que s’il ne l’avait pas déjà , il a eu à prendre la nationalité tanzanienne pour pouvoir l’effectuer.                        

L’APARECO invite les congolais et les congolaises à ne pas céder à cette nouvelle dérive tyrannique de l’imposteur qui trône à la tête des institutions congolaises et note un acharnement du gouvernement actuel à l’encontre des ressortissants du Bas congo. En effet depuis le début de cette année Monsieur Kabila accumule les actes de répression envers les membres de cette communauté : les massacres des membres de Bundu dia Kongo, l’incarcération injustifiée, suivi de sa libération et d’une nouvelle plainte contre Maître Marie-Thérèse Landu, l’affectation depuis peu du tristement célèbre  colonel Raus dans cette région, etc …                      

L’APARECO appelle le peuple congolais à redoubler de vigilance car les éléments en notre possession annoncent malheureusement une volonté de l’Angola à étendre ce qu’il a entamé à Kahemba dans la région du Bas-congo d’où les raisons d’une répression plus accrue contre les leaders d’opinion de cette région afin qu’ils ne puissent pas entraver le processus d’occupation en cours.

L’APARECO exhorte donc le peuple congolais à la solidarité avec tous nos compatriotes qui subissent de plein fouet la répression barbare d’un gouvernement d’occupation qui sème la terreur aussi bien à l’Est qu’à l’ouest de notre pays  et à se tenir prêt pour le signal qui sonnera l afin de l’occupation de la République du Congo grâce à ses fils et ses filles déterminés à mettre un terme définitif à la tragédie que vit notre pays depuis une décennie.

Pour l’APARECO

Candide OKEKE
Conseillère Principale chargée des Relations Publiques,
de
la Mobilisation et de la Planification

APARECO
Alliance des Patriotes pour
la Refondation du Congo 4 rue des Cosmonautes
94600 Choisy Le Roi – FRANCE

Website : www.aparecordc.org
Tél  / France: 00 33 6 20 21 21 31 
Tél  / UK :  00 44 77 37 95 47 70 ou 00 44 79 32 25 24 11