Rtnc© AFP - 13/08/2007 18h36

Vincent Hata et Michel Shango, journalistes à la télévision publique en République démocratique du Congo (RDC), ont été libérés samedi après quinze jours de détention dans un cachot de la police à Kinshasa, a annoncé lundi l'ONG Journaliste en danger (JED) dans un communiqué.

"Vincent Hata et Michel Shango, journalistes et syndicalistes à la RTNC (Radiotélévision nationale congolaise), ont été libérés samedi 11 août par le parquet près le tribunal de Grande instance de Kinshasa/Gombe après paiement d'une caution de 120 dollars chacun", indique JED.

Les deux journalistes ont été arrêtés le 26 juillet par des soldats de la Garde présidentielle (GR) commis à la sécurité du site et transférés le lendemain dans les cachots de la Direction des renseignements généraux et services spéciaux de la police (DRGS).

Ils ont été déférés le 8 août devant le parquet

La libération des deux journalistes est intervenue à la suite d'une demande introduite le 8 août par leur avocat auprès du procureur de la République, déplorant le fait que leur arrestation était antérieure aux faits qui leur étaient reprochés, précise l'organisation congolaise de défense de la presse.

Un troisième journaliste de la RTNC, Eugène Risasi, arrêté en même temps que les deux premiers, a été libéré le 31 juillet. Aucune charge n'avait été retenue contre lui.

Les trois journalistes ont été accusés "d'injures publiques et outrage envers le chef de l'Etat, de tentative de déstabiliser la RTNC et discréditer le gouvernement par le déclenchement d'une grève et tentative d'organiser une réunion syndicale malgré le refus de l'administrateur-délégué général" de la RTNC.