Paul_Kagame_hitlerPaul Kagamé à Rome, avant de recevoir son prix
Photo : © AFP

L'Italie fait campagne pour un moratoire mondial sur la peine de mort, qu'elle défendra à l'Assemblée générale de l'ONU le 24 septembre 2007

Paul Kagamé était à Rome jeudi, où il a reçu le prix « Abolitionniste 2007 » des mains de Romano Prodi, le Premier ministre italien. C'est une association proche du Parti radical, « Ne touchez pas à Caïn » qui a choisi le président rwandais pour le féliciter d'avoir supprimé la peine de mort dans son pays, fin juillet, pour tous les crimes, y compris donc ceux de génocide. Mais depuis la polémique monte à Rome, notamment dans les milieux catholiques.

C'est du monde missionnaire catholique, en particulier des frères Comboniani, qui envoient de nombreuses missions en Afrique, que vient la critique la plus virulente.

Dans une lettre ouverte qui a été publiée, le frère Boscaini, qui rappelle qu'il a longtemps travaillé au Rwanda, compare le prix « Abolitionniste 2007 » décerné à Paul Kagamé à un prix Nobel de la paix qui aurait été donné à Hitler.

« C'est bien de ne pas toucher à Caïn le fratricide, mais pourquoi lui donner un prix », demandent les frères Comboniani, ajoutant qu'une telle reconnaissance donnée à un dictateur revient à l'absoudre de tous ses crimes.

L'association « Ne touchez pas à Caïn » elle qualifie les missionnaires de négationnistes, et de complices de génocides.

Dans une interview à La Repubblica, Paul Kagamé a estimé que les critiques contre lui n'étaient qu'injures et calomnies. « Le prix « Abolitionniste 2007 », a-t-il déclaré, est un prix pour le Rwanda et non pas pour son président, car l'abolition de la peine capitale est un signe fort du processus de paix et de réconciliation auquel aspirent les Rwandais ».

© RFI
Article publié le 02/09/2007 Dernière mise à jour le 02/09/2007 à 05:39 TU