Honoré NGBANDA et Etienne TSHISEKEDI lavés de tous les soupçons !
Kinshasa, 05/10/2007 - Politique

On s’interrogeait jusque hier jeudi 4 octobre 2007 d’où est venu le texte de l’interview que l’on a attribuée à tort à Honoré NGBANDA Président du puissant mouvement APARECO et au Sphinx de la 12è rue à Limete, Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA. Réponse : de l'ANR et des Services spéciaux de Joseph KABILA en personne, qui ont mis sur Internet ce document. De la Présidence de la République au Secrétariat gé­néral du Pprd, on se réjouit de nouveau à propos de l’interview que le chef de l’Etat Joseph Kabila a accordée récemment aux Etats-Unis et recueillie par le brillant journaliste Jackson Wilson, journa­liste américain indépendant.  

Les nouveaux éléments en notre possession rendent désormais caduc et de nul effet le communiqué trop hâtif daté du 2 octobre 2007 signé Kudura Kasongo Muana Luaba, indiquant à tort que « Son Excellence Monsieur le Président de la République, lors de son séjour à New York, aux Etats-Unis, n’a accordé aucune interview à un journaliste quelconque national ou étranger, ni à un journaliste indépendant quelconque ».
Suite à une certaine désorganisation au sein des services présidentiels à New York et Washington, le porte-parole du chef de l’Etat a trop hâtivement qualifié de fictifs et imaginaires les propos de cette interview qui, selon ses termes, « visent à ternir l’image du Chef de l’Etat dans l’opinion et contrarier la crédibilité de nos institutions ».

Un nouveau communiqué de M. Kudura Kasongo Muana Luaba, diffusé hier vendredi 5 octobre 2007 tard dans la soirée, est venu enfin remettre les pendules à l'heure : « L'interview controversée a été bel et bien accordée par le président Joseph Kabila Kabange au journaliste indépendant Jackson Wilson.

Nous présentons nos excuses à M. Honoré NGBANDA NZAMBO KO ATUMBA et à M. Etienne TSHISEKEDI, qui ont été soupçonnés à tort de manipulation par les services présidentiels. Il est important de rappeler à l’at­tention des organes de presse et des tiers qu’il existe bien à la Présidence de la République Démocratique du Congo des sources autorisées qui ont qualité de pouvoir confirmer ou infirmer la véracité des faits al­légués comme certains orga­nes de presse ont à juste titre pu le faire ».

Il convient toutefois de rappeler que bon nombre de jour­naux congolais comme UHURU et DIGITALCONGO.NET parus mardi 2 octobre dernier ont reçu la veille, sur leur site, le texte de cette courageuse et nationaliste interview du président Joseph Kabila Kabange.

La question de fond, cependant, est de savoir comment les parrains occidentaux de Kabila, comme les Etats-Unis,
la Belgique et la France réagiront face au changement de cap décisif et ouvertement anti-occidental qu'amorce le pouvoir de Kinshasa. Le président Joseph Kabila a dit qu'il assume totalement ses déclarations et qu'il est prêt à poursuivre la lutte héroïque contre l'impérialisme menée jadis par son père, Mzee Laurent-Désiré Kabila !   

Hier, c’était Mo­butu et Honoré Ngbanda que l’on traitait de centrafri­cains. Hier, certaines sources avaient trouvé des origines zambiennes à Laurent-Désiré Kabila. Aujourd’hui, Jo­seph Kabila, qui est qualifié, à tort ou à raison, tantôt de rwandais du fait de ses bonnes relations avec le généraux James Kabarebe et Paul Kagame, tantôt de tanzanien du fait de ses activités de taximan professionnel à Dar-ès-Salam, pourrait bien surprendre les Occidentaux qui pensaient avoir affaire à un taximan-analphabète et complètement illétré !   

Omer Nsongo die Lema | L’Avenir
Last edited: 04/10/2007 15:56:26