Cycle de conférences-débats AESM
Mardi 16 octobre 2007 à 20h00
Théâtre Saint-Michel (rue Père Eudore Devroye)

Conf_rence_richesse_rdcGérard Bakongo, Bruno Collins, Joseph Smets, François Rijkmans, Justine Kasa-Vubu, Bob Kabamba, et Jean-Claude Willame

Des participants annoncés, seuls Bob Kabamba et Jean-Claude Willame étaient présents. Karel De Guch, ministre belge des Affaires Etrangères, était bloqué par l'agenda de la formation du nouveau gouvernement qui n'arrive toujours pas. George Arthur Forrest, président du groupe Forrest, n'a pas pu quitter Lubumbashi (RDC). Olivier Kamitatu, ministre du Plan, et François Mwamba, secrétaire général du MLC, n'ont pu quitter le pays à cause de la situation politique vu les événements du Kivu.

Ils ont été remplacé par : José Smet (Ancien consul à Lubumbashi), envoyé spécial dans la région des Grands Lacs (Pour De Gucht) ; Bruno Collins, administrateur du Group Forrest depuis 1992 (Pour George Forrest) ; Gerard Akongo, ministre-conseiller à l'Ambassade de la RDC en Belgique (Pour Olivier Kamitatu) ; Justine Kasa-Vubu, présidente du MD (Pour François Mwamba).

Les participants n'ont pas perdu au change

L'ouverture de la soirée a été faite par Paul Walckiers, maître de cérémonie, qui a donné la parole à François Ryckmans (Journaliste à la RTBF, modérateur) qui lancera les débats.

L'entame fut confiée à Jean-Claude Willame (Professeur émérite de L'UCL, auteur du livre : les faiseurs de paix au Congo) qui a parlé de l'historique de la relation entre la Belgique et le Congo durant la période Mobutu.

Bob Kabamba (Professeur à l'Université de Liège, un des promoteurs de la Constitution congolaise) prendra ensuite la parole pour parler de la période Kabila (Père et fils).

José Smet interviendra à son tour pour commenter la situation actuelle sur le terrain, il apprendra à l'assistance que Joseph Kabila et Paul Kagame s'étaient longuement parlé à New-York sans livrer la teneur de ces entretiens dont aucun journal n'a parlé. Il évoquera ensuite l'état de la coopération entre les deux pays.

Viendra Justine Kasa-Vubu (que l'on avait perdu de vue depuis la présidentielle au Congo où elle était devenue l'alliée de JP Bemba après sa tentative manquée) qui se focalisera sur la critique du gouvernement en place qui (selon elle) pratique la politique de l'impunité pour soi et la justice pour les autres. Elle enchaînera avec une analyse sur le pilotage et l'accompagnement de l'Union Européenne pour finir par encourager l'opposition congolaise à se reconstituer pour pouvoir jouer un rôle sous cette législature.

Le ministre-conseiller, Gérard Bakongo, (Représentant du gouvernement) se hâtera de préciser à l'assistance qu'il n'était qu'un fonctionnaire soumis au devoir de réserve et qu'il avait affaire à des politiciens (Hilarité générale dans la salle!). Une façon de se prémunir contre sa non connaissance du thème de la conférence. Ce qui ne l'empêchera pas de dire à Justine Kasa-Vubu qu'elle n'avait des leçons à donner à personne vu sa mauvaise gestion des responsabilités lui confiées à l'époque par Laurent-Désiré Kabila. Ambiance. Il se contentera de lire un texte lui soumis au téléphone par Olivier Kamitatu.

Le Groupe Forrest présentera sa défense par l'entremise de Bruno Collins qui essayera d'éclairer l'assistance sur les contrats miniers dont il bénéficie, surtout celui lié à la mine de Kamoto qui est la plus grande mine souterraine du Congo. D'après lui, son groupe, qui n'a que 3 contrats, est souvent accusé à tort par des personnes qui ne prenne pas la peine de vérifier les bons chiffres. Il en profitera pour dénoncer le fameux contrat des chinois qui vont débarquer avec 20.000 ouvriers qui vont travailler au Congo. Et la place du congolais dans tout ça ?

Il sera contredit par Bob Kabamba qui apprendra à l'assemblée que ce groupe contrôlait la Gécamines au moment de la signature des contrats et qu'il s'était réservé le meilleur morceau du gâteau. Contrôlant aussi le marché public de la RDC, il était normal qu'il ait peur de l'arrivée des chinois qui visent tous les domaines possibles.

Pour conclure, Justine Kasa-Vubu dénoncera le soutient actif apporté par le groupe Forrest au PPRD de J.Kabila et souhaiterait voir la Belgique écrire une nouvelle page dans sa relation avec la RDC. Gérard Bakongo soutiendra qu'il ne faut pas trop demander à la RDC parce qu'elle se reconstruit. Bruno Collins croit qu'il faut former les jeunes, ces oubliés, pour reconstruire le Congo. L'ancien Consul Smet exprimera son souhait de voir le prochain gouvernement continuer dans la voie d'une relation intense avec le Congo à tous les niveaux (Pouvoir, opposition et société civile) sous peine de voir les chinois (encore eux) rafler la mise.

Pour Jean-Claude Willame, la fin de l'insécurité et des arrestations des journalistes est plus qu'un souhait.

Extinction des feux par Paul Walckiers juste au moment où les feux prenaient. Un goût de trop peu. Au fait, pourquoi les congolais n'organisent-ils pas des telles réunions publiques entre eux sans bagarres ni injures ? Tout le monde y gagnera.

© Le fouineur