lucky_dubeLucky Dube lors d'un concert à Lagos, au Nigeria, le 16 octobre 2006
(Photo : Reuters)

La star du reggae sud-africain Lucky Dube a été assassinée jeudi soir par trois malfaiteurs qui ont tenté de voler sa voiture, au sud de Johannesburg

Il a été tué de trois balles, devant son fils de 16 ans et sa fille de 15 ans qui sont indemnes mais très choqués. Il avait 7 enfants. Lucky Dube avait enregistré 21 albums ; il a joué en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis.

La nouvelle a provoqué un choc en Afrique du Sud. « Quel genre de pays est-ce qui ne respecte pas ses idoles ? Quel genre de publicité envoyons-nous au monde avant [la Coupe du monde de football de] 2010 ? » s'est interrogé son ami, le poète Mzwakhe Mbuli. Lucky Dube était vénéré pour son talent, sa simplicité (il ne consommait ni alcool, ni drogue) et ses vingt-cinq années de carrière. A 43 ans, le chanteur aux longs dreadlocks était l'artiste sud-africain à avoir vendu le plus d'albums à l'étranger (plus de 2 millions). Il a fait des tournées dans le monde entier et était très populaire en Afrique, où il était l'une des grandes figures inspirées par Bob Marley, avec les Ivoiriens Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly.

« Je me souviendrai toujours d'un concert à Kampala, raconte Stella Antos, ex-directeur de la firme de disques, Gallo South Africa, qui a produit la plupart de ses 21 albums. Pendant les trois premières minutes, Lucky n'a pas pu chanter parce que 70 000 fans reprenaient en chœur "Remember me", qui parle des enfants abandonnés par leurs pères partis travailler en ville. Lucky était un musicien avec une conscience, qui évoquait toujours des thèmes politiques ou sociaux ».

Né dans une famille pauvre, surnommé Lucky, après la mort en bas âge d'un frère aîné, il avait enregistré son premier disque en 1979. Passé au reggae en 1985, à l'époque où ce genre était peu apprécié dans son pays, il fut le premier chanteur noir diffusé sur une radio blanche, deux ans plus tard. Il venait de signer un accord avec Warner pour distribuer en Europe son dernier album Respect, sorti en avril. Lauréat de nombreux prix, il a enregistré plusieurs titres à succès (en zoulou, en anglais et même en afrikaans) dont le hit anti-apartheid Together as One, Prisoner, House Of Exile, Taxman, Slave et Victimes.

Soixante fois plus de meurtres qu'en France

Les réactions en Afrique du Sud ont été très nombreuses. Le président Thabo Mbeki a appelé les Sud-Africains à s'unir dans la lutte contre la criminalité. L'opposition a, elle, déploré l'inefficacité de la police : « L'apathie du gouvernement est responsable du taux de 50 meurtres par jour », selon le député du parti Inkatha, Velaphi Ndlovu. Au début de l'année, le chef de l'Etat avait été vivement critiqué après avoir affirmé que la majorité des Sud-Africains n'avaient pas « le sentiment que la criminalité était hors de contrôle ».

L'année dernière, 19 202 personnes ont été tuées au pays de Mandela, soit 3,5 % de plus qu'en 2005. Le taux de meurtre (40,5 pour 100 000 habitants) est 6 fois plus élevé qu'aux Etats-Unis et 60 fois plus qu'en France. Il s'explique notamment par les très fortes disparités sociales qui n'ont pas diminué malgré la croissance économique de ces dernières années qui a surtout bénéficié à la bourgeoisie blanche et à une petite élite noire. L'alcoolisme et la forte violence héritée du régime d'apartheid jouent aussi un rôle. Malgré un budget très important (près de 6 milliards d'euros), la police sud-africaine ne parvient pas à reprendre le dessus. Le taux de condamnation est très faible.

Il y a deux ans, un musicien de jazz, Baloyi Gita, avait été tué en pleine rue à Johannesburg. En 2006, lors de la sortie de son dernier album Respect (appelant ses compatriotes à mieux se respecter), Lucky Dube avait évoqué la violence dans son pays : « Nous avons essayé l'amour, l'unité, la camaraderie, mais ça ne semble pas beaucoup marcher pour nous ».

D'autres infos sur rfimusique.com
Par Valérie  Hirsch
Article publié le 19/10/2007 Dernière mise à jour le 19/10/2007 à 13:21 TU