archeMais qu'est-ce qui fait donc courir ces ONG à travers le continent ? L'arche de zoé qui vient d'être épinglé par le Tchad n'est-il pas l'arbre qui couvre les pratiques mafieuses de ces organisations qui se couvrent d'humanitaire.

Il aura suffit d'un changement de lettre, pour que l'arche qui aurait sauvé l'humanité se transforme en un gigantesque négrier volant des temps modernes. Comme au bon vieux temps, se parant des arguments "humanistes" et humanitaires (le principe d'ingérence humanitaire), l'ONG (Organisation Non Gouvernementale) "Arche de ZOE " s'est, comme les négriers occidentaux l'ont fait pendant plus de 400 ans, arrogée le droit d'aller "voler" des enfants en Afrique méprisant toutes les règles de droit et bafouant les droits élémentaires des enfants, fussent-ils orphelins. Acte d'une très telle gravité qui a fait réagir Rama Yade, déléguée aux droits de l'homme, réprouvant ces méthodes qui rappellent bien celles des ancêtres de ceux qui aujourd'hui se livrent à l'esclavage d'un autre genre.

Les autorités Tchadiennes que nous avons pris la peine de contacter, nous assurent n'avoir pas été au courant de cette entreprise humanitaire qui consistait à extirper de leurs sols, des enfants pour des destinations inconnues. Ce qui contredit les allégations d'un de ses membres qui, à R.F.I (Radio France Internationale) tenait des propos (que j'ai aussi suivis) insultants à l'endroit de tout un continent en ces termes "Vous savez en Afrique, ils font n'importe quoi etc...". Tout laisse donc à croire que sous le couvert de l'humanitaire, c'est une adoption sauvage et irrégulière qui se tramait. Et les méthodes utilisées pour faire sortir ces enfants (bandages et autres habillages pour faire croire des blessures, des brulures) concourent à entériner cette thèse.

Les versements des sommes qui varient de 2800 euros à 6000 euros démontrent qu'il s'agit d'un projet d'adoption bien huilé et qui ne serait visiblement pas à son premier essai. Ainsi l'Arche aurait, sans la vigilance de l'état tchadien, pu "distribuer" des être humains à ces "donateurs" pris d'un subit élan de générosité.

Il faut souligner aussi que cette affaire n'est que l'arbre qui cache la forêt. Les différentes ONG qui prospèrent sur le continent africain se sont bien spécialisées dans différents trafics dont celui d'enfants; ce qui montre que derrière ces associations et Ong qui parlent au nom de l'humanité ou de l'humanitaire, se cachent de grands business qui profitent à quelques individus. On se souvient d'ailleurs de Jacques Crozemarie, qui était à la tête d'une organisation pour la lutte contre le cancer et qui s'était livré à une escroquerie monstrueuse. Lorsque l'on arrive à faire cela à ses propres concitoyens, comment ne pas penser qu'aller chercher des bébés par des méthodes frauduleuses ne soit pas possible ?
L'actuel ministre des affaires étrangères française, était lui même au Biafra (pendant la guerre) un grand business man sous le couvert d'une ONG. C'est dire combien la souffrance des africains reste une affaire très juteuse encore aujourd'hui pour les occidentaux et les français en particulier.

Samedi 27 Octobre 2007
sanslangue2bois@yahoo.fr