Parlement_CongoAFP | 27 jan. 09 - 14h53 - source

KINSHASA, 26 jan 2009 (AFP) - Un groupe de parlementaires de l'opposition en République démocratique du Congo se dit hostile à la visite prévue en mars à Kinshasa du président français Nicolas Sarkozy, dans une déclaration reçue lundi par l'AFP.

"La visite du président Nicolas Sarkozy prévue pour mars prochain, pour autant qu'elle met en danger les intérêts fondamentaux du peuple congolais, n'est pas souhaitable", souligne ce groupe de députés et sénateurs de l'opposition politique dans un texte publié à l'issue d'une réunion tenue à Kinshasa.

Le président français, en recevant les voeux du corps diplomatique à Paris, avait évoqué "la place, la question de l'avenir du Rwanda", pays "à la démographie dynamique et à la superficie petite" et "la question de la RDC, pays à la superficie immense et à l'organisation étrange des richesses frontalières".

M. Sarkozy plaidait en faveur d'une "nouvelle approche" pour régler "de façon globale" les problèmes d'instabilité dans la région des Grands Lacs.

"Il faudra bien qu'à un moment ou à un autre, il y ait un dialogue qui ne soit pas simplement un dialogue conjoncturel mais un dialogue structurel: comment, dans cette région du monde, on partage l'espace, on partage les richesses et on accepte de comprendre que la géographie a ses lois, que les pays changent rarement d'adresse et qu'il faut apprendre à vivre les uns à côtés des autres?", avait-il ajouté.

Ces propos avaient suscité une levée de bouclier en RDC, notamment dans la presse kinoise, qui parlait de projet de "balkanisation" de la RDC. Les parlementaires rappellent qu'"autant l'organisation des richesses frontalières de la RDC paraît étrange, autant sa proposition relative au partage de l'espace et des richesses de notre pays est étrange".

Les parlementaires, tout en reconnaissant au président français "le droit de plaire au Rwanda, lui dénient cependant le droit d'offrir la RDC en holocauste en vue de renouer les relations diplomatiques entre la France et le Rwanda".

Enfin, ce groupe de l'oppositon congolaise soutient que le principe de l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation et l'inaliénabilié du territoire congolais demeurent des constantes de la politique de leur pays.

Poursuivons la Mobilisation !

Venez Nombreux Samedi 31 janvier à  14h00 devant la Gare du Nord de Bruxelles pour réclamer :

1°) Le retrait des troupes armées rwandaises et ougandaises du territoire de la République Démocratique du Congo.

2°) La Démission immédiate de Joseph Kabila pour motifs de Haute Trahison en vertu de l’article 74 de la «Constitution» promulguée le 18 février 2006.

3°) L'Arrestation et l'Extradition immédiate vers la Cour Pénale Internationale de La Haye pour Crimes contre l’Humanité, et Crimes de guerre conformément au Statut de Rome, de Laurent Nkunda, Joseph Kabila, Paul Kagamé, Yoweri Museveni, James Kabarebe, Bosco Ntaganda et leurs complices africains et occidentaux.

Envoyez min 10 SMS pour prévenir vos proches SVP !

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Manifestation_31_janvier_2009_a_Bruxelles_a_14h_a_la_Gare_du_Nord

Résultats : Des parlementaires congolais opposés à la visite de Sarkozy en RDC

Partie de chasse inédite au Kivu - Nkunda, allié de longue date du Rwanda, sera un homme délicat à extrader

Restons vigilants : Nicolas Sarkozy veut dépecer la RDC

Facebook :
Kabila, Kagamé, Nkunda, Museveni et leurs complices à la CPI de La Haye

Documents :
Rapport de Human Rights Watch (11/ 2008)
Rapport de l'ONU sur le financement de la guerre au Congo (12/ 2008)

Politique :
Le gouvernement de Kinshasa et son président, Joseph Kabila, coupables de HAUTE TRAHISON

Nicolas Sarkozy dévoile son initiative de Paix pour la Congo (01/2009)
Conclusions du Conseil de l'Union Européenne sur le Congo (12/2008)
Les actions de Barack OBAMA en faveur du Congo (2005 à 2007)

Vidéos :
Vidéos en rapport avec les conflits dans la Région des Grands-Lacs
Roots (Racines) ou l'histoire de Kunta Kinté (6 épisodes)

Dunia SENDWE